Accueil du siteALEi-xpressionInformations
Dernière mise à jour :
samedi 19 juillet 2014
Statistiques éditoriales :
268 Articles
46 Brèves
15 Sites Web
169 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
107 hier
206027 depuis le début
   



Brèves
La chorale Jitro à CALONNE-RICOUART
jeudi 10 mai

Demain, vendredi 11 mai 2012, la chorale tchèque de Jitro se produira dans l’enceinte de l’église Saint-Stanislas. …

La soirée, organisée par le comité des fêtes de la commune, commencera dès 18 h 30.

Cette chorale d’enfants est célèbre dans le monde entier. Elle porte le nom de son fondateur, Hradec Kràlové Jitro, qui l’a composée en 1973. Les jeunes chanteurs sont âgés de 12 à 19 ans. La formation de 35 chanteurs s’inscrit dans la tradition de la musique tchèque. Elle sera placée sous la conduite de Jirï Skopal et accompagnée par le pianiste Mickaël Chrobäk. Déjà venue en 2006, la chorale de Jitro assurera le spectacle pendant une heure trente. Le concert revisitera un répertoire musicale varié, de Vivaldi à l’Ave Maria. Au programme, une quinzaine de chants au total. « Cette chorale fait partie des quatre meilleures mondiales parmi 230 chorales environ », assure André Delcourt, maire de la commune.

La capacité d’accueil du lieu étant restreinte, le nombre de places sera limité. Les réservations sont conseillées. •

Demain, à 18 h 30, église Saint-Stanisla. Réservations en mairie en appelant au Tél : 03 21 52 18 52 ou au café Le Nemrod Tarifs : 10 et 8 euros.

 
Création d’une unité de combat
vendredi 4 mai

Les quatre pays du groupe de Visegrad entendent créer une unité de combat


Les ministres de la Défense des quatre pays d’Europe centrale composant le groupe de Visegrad se sont mis d’accord, ce vendredi, à Litomèrice, en Bohême du Nord, sur la création d’une unité militaire commune dans le cadre de l’Union européenne. Celle-ci devrait être composée de 3000 soldats tchèques, slovaques, polonais et hongrois. Les ministres entendent organiser des exercices communs et prévoient également des achats de l’équipement militaire. L’unité de combat en question devrait être créée d’ici 2016. Les exercices militaires pourraient avoir lieu des 2013 et devraient se poursuivre notamment après la fin de la mission de l’OTAN en Afghanistan, ou la République Tchèque, la Slovaquie, la Pologne et la Hongrie déploient au total 3600 soldats.

Ecouter l’info sur Radio Prague

 
Facebook
samedi 10 mars

Si vous avez un compte Facebook, vous pouvez demander à rejoindre le groupe des Tchèque et Slovaques autour de Lille : Slovaci a Cesi v Lille.
De nombreuses informations et communications y sont déposées par les participants. A bientôt !

 
Enduro du Touquet - Quaduro
dimanche 5 février

Dans la série : Ces Tchèques qui s’illustrent chez nous :

Saluons la performance du seul tchèque engagé sur l’épreuve cette année : Dufek Dalibor (dossard 154), de la Team Max 2 qui a terminé 170e lors de la course de samedi avec 9 tours. Le Quaduro mettait en compétition 430 pilotes de quads de nombreux pays. Le Suzuki LTR de Dalibor a fait le parcours en 3h39mn11s505. Le premier, le nordiste Jérémy Warnia a accompli quand à lui, 12 tours. Dufek est 23e au classement des pilotes étrangers. En 2011, avec le dossard 430, il avait terminé la course en 224e position. Un autre concurrent tchèque avait quand à lui terminé en 91e place.

 
Sur le Web : Dufek Dalibor (cze)
2009
jeudi 1er janvier

L’année commence avec la présidence tchèque aux commandes de l’Europe, pour les six mois à venir.

Et également l’entrée dans l’euro de la Slovaquie

Bonne année à tous !

 
Sur le Web
ANTS - Caen - Amitié normande, tchèque et slovaque

Association régionale ( Loi 1901 ) pour le développement des liens d’amitié et des échanges culturels entre Normands, Tchèques et Slovaques.

Notre association est née après la partition de la Tchécoslovaquie, en avril 1993. Elle est issue de l’ Association France-Tchécoslovaquie, dissoute au début de la même année en raison des changements politiques et économiques.

Forte de son réseau d’amis Normands, Tchèques et Slovaques, de ses bonnes relations avec les Ambassades mais aussi avec d’autres associations d’amitié franco-tchéco-slovaque en France, notre association “Amitié Normande, Tchèque et Slovaque“, l’ANTS, continue de développer, sur des bases différentes, les liens amicaux avec les deux Républiques qui font désormais, depuis le 1er mai 2004, partie de l’Union Européenne.

Chambre de Commerce Franco-tcheque
Chambre de Commerce Franco-Tchèque à Prague : investir, annuaires d’entreprises, opportunités d’affaires, informations économiques, emploi
Les missions de l’ambassade de République tchèque en France
06-03-2012 16:57 | Anna Kubišta
samedi 10 mars 2012
par xav
popularité : 9%

Marie Chatardová, madame l’ambassadeur, vous êtes entrée dans vos fonctions en 2010. Une mission diplomatique dans un pays s’inscrit-elle uniquement dans la continuité ou bien chaque nouvel ambassadeur peut-il apporter sa touche personnelle ?

« Le travail d’un ambassadeur est plus ou moins défini. Ce travail dépend naturellement de l’évolution des relations bilatérales et multilatérales. Il y a toujours des dossiers à gérer. Mais un ambassadeur a toujours une certaine marge pour ses propres initiatives. Dans ce domaine, la continuité est certes nécessaire, mais chacun a son caractère et son histoire, une façon de gérer les choses. Je crois que c’est vrai en diplomatie, en politique ou en entreprise. »

Personnellement, quels objectifs aviez-vous quand vous êtes arrivée à Paris ?

« Le président Masaryk avait une belle formule pour expliquer que la différence entre un grand pays et un pays moins grand, c’est comme la différence entre un homme de petite taille et un homme de grande taille. Son humanité est la même. Je crois que les gens en France commencent à réaliser l’importance de la République tchèque en termes politique et économique. Mon objectif personnel est de mieux faire connaître la République tchèque. Pour atteindre cet objectif, je lance par exemple des journées tchèques. Je soutiens également beaucoup la coopération entre les villes, entre les régions et de manière générale, toutes les coopérations sur le terrain, là où élus et gens de la société civile se rencontrent et créent des liens. Par exemple, au niveau des universités et des petites et moyennes entreprises. Je suis vraiment ravie quand je reçois une lettre de quelqu’un qui me dit que tel stage ou cycle d’études a été possible grâce à une coopération que j’ai lancée. »

Vous aviez déjà exercé cette fonction en Suède entre 2002 et 2007, comment jugez-vous ces deux missions ? En quoi sont-ils similaires, en quoi sont-ils différents par rapport à la tradition des relations entre la République tchèque et ces deux pays ?

« J’apprécie les deux pays même s’ils sont différents. Les agendas sont différents de même que la taille des ambassades. Quand vous vous promenez en Suède, un pays magnifique, vous retrouvez un peu partout des ‘objets déplacés’ au cours de la guerre de Trente ans. La folie de cette époque aura eu un mérite : pour les Suédois, les Tchèques sont un peuple de gens cultivés et infiniment civilisés. Pratiquement partout, vous retrouvez dans le pays un objet ‘déplacé’ pendant la guerre de Trente ans. C’est une situation très confortable pour un ambassadeur tchèque en Suède : tout le monde sait où se trouve Prague, qu’il y a une grande culture dans la capitale. Les Suédois sont très généreux pour les réfugiés. Ils l’ont montré envers mes compatriotes qui fuyaient le régime communiste avec des programmes spéciaux d’assistance notamment après 1968. Concernant la France, je connais bien le pays, ne serait-ce que parce que mon mari est d’origine française. Nos enfants sont absolument bilingues. Les relations entre nos deux pays à partir de 1918 ont été intenses. Et cette situation est revenue depuis 1989 avec la volonté de construire des relations solides qui s’appuie sur des relations amicales anciennes. Dans les deux cas les deux missions sont très intéressantes car elles me permettent de mettre en valeur la République tchèque. »

Vous rappeliez que la République tchèque et la France ont eu dans le passé des liens très forts. Il est utile de rappeler le soutien de la France à la création de la Tchécoslovaquie en 1918. Cette histoire commune a connu des soubresauts comme les Accords de Munich. Et dans une période plus récente des désaccords ou incompréhensions comme pendant la période de présidence tournante de l’Union européenne. Comment qualifieriez-vous les relations France- République tchèque aujourd’hui ?

« Au-delà des aspects historiques, il y a la réalité du monde aujourd’hui. Nous collaborons avec la France dans de nombreuses organisations multilatérales comme l’Union européenne, comme l’OTAN. La République tchèque et la France ont des approches identiques notamment sur la question de l’énergie nucléaire. Il y aussi des coopérations dans les secteurs à forte valeur ajoutée comme la recherche et le développement, l’industrie aérospatiale. Prague est d’ailleurs devenue le siège du projet Galileo avec un grand soutien de la France. Les petites entreprises commencent développer des liens encourageants. De manière générale, le commerce entre les deux pays va battre un record pour 2011, j’espère que ce sera confirmé par les statistiques. Je ne veux pas oublier la culture avec de nombreux échanges et projets. »

Le Premier ministre Petr Nečas était à Paris début janvier, pour une visite de travail. Il a rencontré son homologue français François Fillon. Un des enjeux des relations franco-tchèques à l’heure actuelle, c’est l’achèvement de la centrale nucléaire de Temelín pour laquelle la société Areva est en lice. Où en est le dossier ?

« L’agrandissement de la centrale de Temelín fait l’objet d’un appel d’offres international lancé en octobre 2011. Les propositions des différents groupes devraient être remises en juillet 2012 et le choix sera finalisé en 2013. Le processus de sélection est transparent et les règles appliquées aux compétiteurs sont les mêmes. C’est très important pour la réputation de nos entreprises et pour s’assurer de la qualité du travail qui sera réalisé. On ne plaisante pas avec l’énergie nucléaire. »

Dans ses vœux de la nouvelle année, le maire de Paris Bertrand Delanoë a émis le souhait que la future bibliothèque du quartier Pajol, à Paris, porte le nom de Václav Havel, l’ancien président et dramaturge tchèque décédé fin décembre. Où en sommes-nous de ce projet ?

« Après le décès de Václav Havel, le maire de Paris a été l’une des toutes premières personnalités françaises à venir à l’ambassade, présenter ses condoléances. Les Français connaissent la place importante dans la littérature du XXe siècle. C’est peut-être ce qui me touche le plus : voir tant de gens différents m’expliquant des citations ou des pièces de Havel qu’ils retiennent et utilisent comme références pour leur propre réflexion. Le projet de baptiser une bibliothèque en son nom s’inscrit dans cette reconnaissance. Pour l’heure ce n’est qu’une idée, nous attendons des informations plus concrètes de la part du maire de Paris qui me les a promises, pour qu’on puisse les communiquer à Prague. En tout cas rien ne peut se faire sans l’accord des proches de Václav Havel. »

Au moment du décès de Václav Havel, pouvez-vous nous faire part de ce qui vous a frappé dans les réactions côté français…

« C’est le nombre surtout : plusieurs centaines de personnes ont témoigné de leur attachement à l’ancien président à l’ambassade tchèque à Paris. Il y a eu des témoignages émouvants, des fleurs, des bougies, déposées immédiatement devant le bâtiment. Quand nous avons ouvert l’ambassade, un flot de personnes est venu se recueillir devant la photo de Václav Havel et signer un livre de condoléances. A Prague des milliers de personnes ont assisté aux funérailles de l’ancien président et la France a choisi d’être représentée au plus haut niveau par le président Nicolas Sarkozy. C’est un signe fort, une reconnaissance de la place unique qu’occupe Václav Havel dans l’histoire du continent européen. »

Dimanche 12 février, le cardinal André Vingt-Trois a donné une messe en la cathédrale Notre-Dame de Paris, à la mémoire de Václav Havel. C’est un événement plutôt rare ou est-ce courant pour un chef de l’Etat étranger disparu ?

« Je ne peux vous répondre. Mais je crois que le cas de Václav Havel est un peu particulier. En 1918, notre pays a été fondé par des intellectuels comme le président Masaryk qui était à la fois un symbole et un chef. C’est une constante : la population tchèque a besoin de réfléchir à ce qu’elle vit ou à ce qu’elle subit. Václav Havel en est un exemple. Immédiatement après le décès de l’ancien président le cardinal André Vingt-Trois a présenté ses condoléances à la République tchèque et a accepté ma proposition d’une messe à son intention. C’est une pratique courante qu’une messe soit dite à la cathédrale Notre-Dame à l’occasion des funérailles des chefs d’Etat français. La messe célébrée à l’intention de Václav Havel était marquée d’une grande dignité et elle clôt ce temps des funérailles. »

Le 9 mars prochain doit se dérouler à Paris le Forum franco-tchèque des jeunes entrepreneurs, quels en sont les enjeux et les objectifs ?

« Ce forum rentre dans le cadre du plan d’action du partenariat stratégique. Il poursuit la création du Forum franco-tchèque des jeunes dans différents domaines. Le premier était consacré aux jeunes diplomates et cette année, nous avons décidé de rassembler de jeunes entrepreneurs le 9 mars à Paris. Ce forum a pour but de développer les liens entre les nouvelles générations d’entrepreneurs des deux pays. Le but est concret : il sera question de la mise en réseau d’entreprises des deux pays appartenant à des secteurs identiques. Les jeunes en question auront moins de 40 ans, chefs d’entreprises indépendants ou non, de préférence à la tête de petites et moyennes entreprises. Bien entendu, la cible, c’est ceux qui ont lien franco-tchèque. Le programme sera consacré à un débat sur le climat pour entreprendre dans nos pays respectifs et en Europe, des visites de terrain, des rencontres bilatérales. »


Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Faut il dire "Rpublique Tchque" ou "Tchquie" ?
    8 août 2006

  2. Pas assez de francophones dans les ministres tchques ?
    8 août 2006

  3. Le tchque facile ?
    2 septembre 2006

  4. Les banlieues de Paris et de Prague vues par des tudiants tchques et franais
    3 septembre 2006

  5. Exposition Art/Terre
    15 septembre 2006

  6. Hommage aux anciens combattants
    11 novembre 2006

  7. Hommage Philippe Noiret
    25 novembre 2006

  8. Un march de Nol franais Prague
    18 décembre 2006

  9. Un petit bout de Nol tchque en France
    29 novembre 2007

  10. Le traitement anti-alcoolique a perdu son pionnier, Jaroslav Skala
    29 novembre 2007

  11. La Slovenie
    2 janvier 2007

  12. La Bulgarie et la Roumanie
    2 janvier 2007

  13. Regards croiss sur l’histoire ou intgration europenne horizontale
    24 janvier 2007

  14. L’association Emmas, fonde par l’Abb Pierre, soutient 100 sans-abri en Tchquie
    26 janvier 2007

  15. Le Paradis tchque - o se trouve-t-il vraiment ?
    11 février 2007

  16. Le carnaval - masopust
    18 février 2007

  17. Petit dictionnaire pratique
    10 août 2007

  18. Prix de la Chambre de commerce franco-tchque
    15 novembre 2007

  19. NOCTURNE - Exposition et concert
    15 novembre 2007

  20. Une exposition Bruxelles pour les soldats tchques tombs pour lAutriche-Hongrie
    13 décembre 2007

  21. Babicka : un classique revisit par Vlasta Chramostova
    13 décembre 2007

  22. L’Atomium 50 ans !
    7 avril 2008

  23. Lhospoda : un mot et une faon de vivre typiquement tchques
    26 avril 2008

  24. Alan Stivell, de la Bretagne la Bohme
    27 mai 2008

  25. Le Festival tchque de la bire, un petit Oktoberfest la tchque
    27 mai 2008

  26. Ouverture de Via Carolina, une piste cyclable reliant Prague Paris
    27 mai 2008

  27. Les Misérables
    6 août 2008

  28. Decouvertes
    8 septembre 2008

  29. Apprendre le russe
    17 septembre 2008

  30. Fin d’une tradition dans l’industrie du verre tchèque ?
    30 septembre 2008

  31. Exposition Tchèque à Paris
    20 février 2009

  32. Ecouter Radio Prague
    26 février 2009

  33. Katerina, de Litomerice
    18 octobre 2009

  34. La République Tchèque à l’honneur
    24 novembre 2009

  35. La République Tchèque en peinture
    24 mars 2010

  36. Janine Folens quitte le conseil muncipal
    4 juillet 2010

  37. Les Tchèques deuxièmes buveurs de bière non alcoolisée en Europe
    6 août 2010

  38. Une ancienne usine souterraine nazie pourrait etre reconvertie en musee
    17 janvier 2011

  39. Cyclisme : 4 Jours de Dunkerque
    4 mai 2011

  40. Acte de piété à Terezín en présence du président Václav Klaus
    15 mai 2011

  41. Une ancienne usine souterraine : futur mémorial ?
    8 février 2011

  42. Fiche information routière
    24 octobre 2011

  43. Rencontre avec les tchèques vivant dans le Nord-Pas-de-Calais
    1er janvier 2012

  44. Journée de travail internationale
    15 février 2012

  45. Les villes et les villages de la République tchèque arborent officiellement le drapeau du Tibet
    9 mars 2012

  46. La République tchèque confrontée à la crise de l’œuf
    9 mars 2012

  47. Les missions de l’ambassade de République tchèque en France
    10 mars 2012

  48. A Arras, un mémorial pour V. Havel
    10 mai 2012

  49. Une commémoration pour les soldats polonais
    10 mai 2012

  50. Armentières Récompensée !
    11 mai 2012

  51. Český večírek -Soirée tchèque à Lille
    19 février 2013

  52. 70 ans de Radio Prague
    2 septembre 2006

  53. 100+1 symboles tchques
    4 septembre 2006